Avis des étudiants étrangers

© FEFU

Lasse Rautio Marcus, Finlande

Université fédérale d'Extrême-Orient

Vladivostok a rompu tous les stéréotypes liés à la Russie

Malgré de longues frontières entre la Russie et la Finlande, un très petit nombre de Finlandais parlent le russe, parce que c’est une langue difficile à apprendre. Cependant, les entreprises et le tourisme ont un besoin urgent d’employés parlant la langue russe, et j’ai pensé qu’il serait bien pratique de l’apprendre.

Cependant, malgré une formation intensive, je sentais un grand manque de communications en russe. Il y a deux ans, j’ai pensé sérieusement à un voyage en Russie comme un étudiant d’échange, mais mes stéréotypes au sujet de ce pays, très typiques pour un Finlandais, m’ont empêché de soumettre une demande.

Comme beaucoup de mes compatriotes, je pensais qu’ici je vais devenir victime d’un vol ou de la mafia russe au moment même du passage de la frontière, sans parler du niveau élevé de la bureaucratie et de la police dont on doit se méfier.

Mais quand je suis devenu plus âgé et plus sage, j’ai tout simplement décidé d’ignorer tout cela et d’aller en Russie.

Mais où ? D’habitude, les étudiants finlandais se rendent à Saint-Pétersbourg, Moscou, Petrozavodsk ou Mourmansk. 99% de la population de la Finlande ne sont pas au courant de l’existence d’autres villes en Russie.

J’ai toujours été attiré par l’exotisme ; en outre, j’ai voulu aller là où pas un Finlandais n’était allé avant moi. C’est pourquoi, j’ai pris une mappe et choisi la location la plus lointaine où il y ait une université avec une faculté de chimie – la ville de Vladivostok. J’ai été surtout séduit pas l’influence asiatique sur cette communauté.

Les aventures ont commencé dès mon départ. Le voyage même de Moscou à Vladivostok – plus de 9 000 km sur le chemin de fer Transsibérien – est devenu une expérience incroyable. Tout au long du voyage, je suis resté la bouche bée de la surprise. Pendant les six jours du voyage, j’ai vu tant de beaux lieux, de paysages différents, qu’à un moment j’ai pensé que je m’étais téléporté dans le nord de la Norvège.

Ma première impression de Vladivostok ? Des monticules. Beaucoup de monticules. De la mystique. Un mariage de l’architecture asiatique, d’immeubles de grande hauteur de l’époque de Staline et de bâtiments ultramodernes. Je me suis immédiatement senti chez moi.

L’Université de l’Extrême Orient a également renversé toutes mes idées sur une école supérieure russe – des salles de production et de conférence en béton froid, où le professeur est un Dieu en colère. Je n’ai vu rien de pareil à Vladivostok, et bien sûr pas un signe de foyers bondés avec des cafards.

Dans les foyers de l’UFEO, je me sentais comme un client d’hôtel. Là-bas, des tapis sont partout, même dans les couloirs (en Finlande, vous ne verriez cela que dans des hôtels), et les chambres sont régulièrement nettoyées ; ajoutez-y une vue sur la mer, et voici un vrai ressort ! À propos, le fait de nettoyage a provoqué le plus d’envie et de plaisanteries chez mes amis en Finlande.

Le processus d’éducation est très efficace ; les professeurs étaient très bienveillants, malgré mon russe qui était loin d’être parfait. Cela vaut également pour les autres employés : je n’ai eu aucun problème avec mon accommodation, mes documents, mes communications. Tout le monde était prêt à m’aider, et si je ne pouvais pas exprimer ma demande en russe, je parlais anglais, et cela n’a posé aucun problème.

Un autre vieux stéréotype finlandais à propos de la bureaucratie soviétique a été renversé, lui-aussi. Des fonctionnaires diaboliques, qui vous font courir après chaque pièce de papier, ont probablement disparu avec l’Union soviétique.

Mais la plus agréable surprise pendant toute la période de mon séjour en Russie, c’étaient les gens. Avec quelle que demande que je les aie abordés, ils étaient toujours très bienveillants et prêts à me donner un coup d’épaule.

J’espère que j’ai réussi à rompre les stéréotypes liés à la Russie et contribuer à ce qu’autant de gens que possible viennent ici pour étudier. Je suis le premier étudiant finlandais qui ait fait ses études dans cet endroit merveilleux – l’UFEO, et je ferai tout mon possible pour que je ne sois pas le dernier.

Partager

Avis des étudiants étrangers

Kristina Mormulevskaya
Bielarus
MEPhI

«La formation en Russie m’a appris à atteindre toujours les résultats souhaités»

Lire tout

Koffi Abdoulaye
Togo
MEPhI

«J’étudie activement la langue russe – 3 heures par jour, 5 fois par semaine»

Lire tout

Kopp Sally Emma
Grande Bretagne
UPT

«J’aime bien ma vie d’étudiante à Tomsk»

Lire tout

Vo Thi Hong Zyeu
Viêt-Nam
UFEO

«Mon université est devenue ma seconde maison»

Lire tout
Tous les avis

Les 5 étapes d’inscription dans l’enseignement supérieur

Site officiel de l'enseignement supérieur en Russie pour les étrangers

© 2015 Ministère de l’éducation et de la science de la Fédération de Russie Centre National Autonome de Recherche Sociologique

Les informations de contact

Si vous avez trouvé une erreur sur le site, veuillez sélectionner du texte, appuyer sur Ctrl+Enter et nous envoyer un message.

Si vous avez trouvé une erreur sur le site, nous envoyer un message

Avez-vous trouvé une erreur ?

Protection from automated form filling
X
Accord sur les données personnelles