Comment un citoyen tunisien peut entrer dans un établissement d’enseignement supérieur russe

Comment un citoyen tunisien peut entrer dans un établissement d’enseignement supérieur russe
© UrFU

Les universités russes proposent aux candidats un large choix de spécialisations : ingénierie, sciences naturelles, sciences humaines et médecine. Pour savoir comme les Tunisiens doivent préparer les documents de candidature, les déposer et passer les épreuves de sélection, consultez l’article.

Les relations diplomatiques entre la Russie et la Tunisie ont été établies en 1956, et dans les années 1960-1970, les pays, ayant conclu plusieurs accords de coopération, menaient déjà un commerce actif. L’URSS expédiait en Tunisie des automobiles et du matériel industriel, la Tunisie, des produits alimentaires, de la laine et du cuir. En 2018, les échanges commerciaux entre les pays ont atteint 800 millions de dollars. Aujourd’hui, 50% des exportations de la Russie vers la Tunisie sont des produits pétroliers. Elle exporte aussi des métaux ferreux, de l’ammoniac et du blé.

La coopération entre nos pays est fructueuse dans le domaine de l’économie hydraulique et du tourisme. Avec le concours de l’Union soviétique, des centrales hydroélectriques et des barrages ont été construits en Tunisie. De plus, un schéma d’alimentation en eau de la capitale et des régions méridionales de l’État a été adopté. Chaque année, le nombre de touristes russes choisissant de prendre leurs vacances en Tunisie augmente. En 2017, le pays a été visité par 520 000 Russes, et en 2018, 600 000.

Ces dernières années, deux autres domaines prometteurs se sont précisés : l’énergie nucléaire et l’espace. Ainsi, en 2016, la Russie et la Tunisie ont signé un accord de coopération dans le domaine de l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques. Il prévoit l’édification de réacteurs nucléaires énergétiques et de recherche sur le territoire de la Tunisie, le développement de gisements d’uranium et la formation d’expert du secteur nucléaire. En 2019, les entreprises spatiales russes Spoutniks, Glavkosmos pouskovye ouslougui et la société tunisienne Telnet Holding se sont mis d’accord pour élaborer ensemble de petits appareils spatiaux et leurs composants. Le lancement des 30 premiers appareils est fixé à 2023. En 2020, il est prévu de lancer le satellite tunisien Challenge One depuis le cosmodrome de Baïkonour.

La coopération entre nos pays dans le secteur de l’enseignement possède une longue histoire. Avec le soutien de l’URSS, l’un des plus célèbres établissements d’enseignement supérieur technique a été inauguré en 1969, l’École d’ingénieur nationale. En cinquante ans, plus de 11 000 spécialistes de domaines techniques ont été formés à l’établissement d’enseignement supérieur. Les liens entre les établissements d’enseignement de nos pays se développent sans cesse, les établissements d’enseignement supérieur russes coopèrent avec les institutions éducatives tunisiennes : ils réalisent ensemble des formations, des recherches et organisent des échanges universitaires. A titre d’exemple, un accord a été conclu entre l’Université polytechnique de Saint-Pétersbourg et l’Université de Carthage, un programme de coopération entre l’Institut des langues étrangères d’URAP et l’Institut supérieur des langues de l’Université de Carthage a été validé.

spbpu_DSC_9762.jpg
© SPbPU

En Tunisie, l’intérêt pour la langue russe augmente. Aujourd’hui, elle est enseignée dans quatre établissements d’enseignement supérieur et 26 lycées de 16 villes du pays. Environ 100 étrangers suivent des cours de russe au Centre de Russie pour la Science et la Culture de Tunis. Les motivations principales des jeunes sont la volonté de travailler dans le domaine économico-industriel ou la sphère du tourisme, l’intérêt pour la culture russe et, bien sûr, le souhait de suivre des études supérieures en Russie. Selon des données officielles, la quantité d’étudiants tunisiens dans des établissements d’enseignement supérieur russes sur la période allant de 2006 à 2017 a été multipliée par 3,5. En 2017, cela représentait plus de 1300 personnes.

Par où commencer

Avant toute chose, il faut choisir le domaine des études, une formation ainsi que choisir la langue. Si vous désirez étudier en russe mais n’en avez jamais fait ou ne connaissez que les bases, alors commencez par vous inscrire en cours préparatoires pour étrangers : ils existent dans de nombreux établissements d’enseignement supérieur. Là-bas, vous suivrez des cours de langue intensifs, approfondirez les disciplines spécialisées puis pourrez passer des examens pour les formations initiales de n’importe quelle université russe.

En Russie, il est aussi possible d’étudier en anglais. Les établissements d’enseignement supérieur proposent un large choix de formation en anglais dans différents domaines. Le meilleur moyen de choisir celle qui convient est d’utiliser notre moteur de recherche . Ensuite, enregistrez-vous et envoyez une demande à l’établissement d’enseignement supérieur choisi. Vous recevrez une réponse sous 10 jours ouvrés.

Options de financement

Études sur la base d’un contrat

La plupart des candidats de Tunisie (97%) font le choix de l’enseignement payant. C’est une bonne option dans la mesure où le coût des formations dans les établissements d’enseignement supérieur russes est plus abordable que dans les établissements américains ou européens et que le niveau d’études est élevé. Les prix du logement et de l’alimentation dans la plupart des villes russes sont également sensiblement plus bas qu’en Europe ou en Amérique.

Les études dans des formations liées à l’énergie nucléaire coûtent de 112 224 à 632 580 roubles par an ($1730-9730). Il est possible de suivre de telles études à MEPhI, SpbPU, UPT, UrFU et d’autres établissements d’enseignement supérieur russes.

Le coût des formations dans le domaine « services et tourisme » varie entre 100 000 et 305 500 roubles ($1540-4700). Elles sont par exemple disponibles à IKBFU, UNN, UFEO, URAP, UEOS, SFU et autres.

Des études dans le domaine « économie et gestion » coûtent de 99 000 à 500 000 roubles par an ($1520-7690). De telles formations sont disponibles à EHESE, TSU, UET, MISiS et d’autres établissements d’enseignement supérieur russes.

Il est possible de se former à l’hydrotechnique et à l’énergie thermique à SFU, URAP, MISiS et UPT. Le coût des études pour les étrangers va de 183 000 à 325 000 roubles par an (de $ 2815 à $ 5000).

Les tarifs donnés ici sont indicatifs. Pour connaître le coût exact, rendez-vous dans notre moteur de recherche et choisissez une formation.

urfu_9K9D8ezPIB4.jpg
© UrFU

Enseignement subventionné par la Fédération de Russie

Les candidats de Tunisie peuvent être admis dans un établissement d’enseignement supérieur russe en tant que boursiers. Il y a plusieurs façons de le faire :

  • Participer à une olympiade internationale. Les établissements d’enseignement supérieur russes organisent aussi chaque année des compétitions pour les candidats en licence et master. La majorité des olympiades se tiennent en langue russe, néanmoins il y en a aussi en anglais. Parmi ces dernières, il y a par exemple l’olympiade de physique et mathématique Phystech.International de MFTI (licence), Open Doors : Russian Scholarship Projet, qui est organisée par plusieurs universités (master). Il y a également l’Olympiade ouverte d’URAP de langue russe. Elle a lieu à Tunis pour les candidats en master. Il est possible de consulter la liste des compétitions ici.

  • Participer à un concours pour obtenir une bourse d’Etat. En 2017/2018, le gouvernement de la Fédération de Russie a attribué 14 places de boursier à la Tunisie. La sélection est drastique et le droit d’étudier avec une bourse n’est accordé qu’aux plus talentueux des étudiants ayant reçu de bonnes notes. La répartition des places est gérée par Rossotroudnitchestvo. Il est possible de recevoir toutes les informations sur la candidature auprès de sa représentation à Tunis (34, avenue de la Liberté, Tunis 1002).

  • Parfois, les établissements d’enseignement supérieur eux-mêmes attribuent des places de boursier supplémentaires aux candidats étrangers. Pour en savoir plus, il faut s’adresser aux employés de l’université choisie. Il est possible de le faire via l’Espace personnel du candidat sur notre site. Enregistrez-vous et écrivez aux employés de l’établissement d’enseignement supérieur.


leti.jpg
© ETU "LETI"

Quels sont les documents nécessaires

Après avoir choisi une formation et déterminé le mode de financement, il faut préparer les documents de candidature. Lors du dépôt d’une première demande, en règle générale, il faut envoyer au service des admissions une copie du passeport, de l’attestation de fin d’études secondaires et du diplôme, le formulaire rempli (vous le trouverez sur le site de l’établissement ou il vous sera envoyé sur demande) et une photo. Le document relatif aux études supérieures doit être traduit en russe et authentifié chez un notaire. Il n’y a pas besoin d’apostille ou de légalisation consulaire. La liste de documents peut varier, il convient donc de se renseigner à l’avance auprès du service des admissions.

Entrée en Russie

Si vous avez été admis, l’étape suivante consiste à obtenir un visa étudiant. Pour toute question relative à son obtention, il convient de s’adresser au service consulaire de l’Ambassade de Russie à Tunis (16, rue des Bergamotes, B.P. 48, El Manar 1).

En arrivant en Russie, le citoyen tunisien doit s’inscrire sur le registre des migrations sous sept jours. Si vous comptez vivre dans une résidence universitaire, alors c’est l’administration qui vous inscrira sur le registre. Si vous prévoyez de louer un appartement ou une chambre, adressez-vous au propriétaire pour qu’il vous aide.

Partager
Ne plus montrer
Enregistrez-vous, soumettez votre demande à l’université. Gratuitement. Sans intermédiaires.!